Le christianisme est une religion de l’événement : l’irruption de Dieu dans notre monde.

Dieu vient parmi les humains à travers l’histoire de l’ancien Israël. Il s’agit d’un agrégat de tribus nomades, pauvres et peu organisées. La foi en Dieu a d’abord été vécue dans une société faible et en perpétuel mouvement. Dieu n’est pas la divinité des rois. Il se révèle parmi des gens ordinaires, des peuplades quelconques. C’est un Dieu proche de chacun, chacune. Il offre une spiritualité à la portée de toutes et tous.

Ces peuplades se sont adaptées en continue aux aléas de l’existence. Leur foi a évolué sans cesse en même temps que les changements dans leur mode de vie. La Bible nous permet de comprendre leur quête d’une vie bonne et belle grâce à une spiritualité ouverte et dynamique. Ses différents rédacteurs ont ajouté des textes nouveaux sans effacer les plus anciens. Ainsi, la Bible montre comment la foi en Dieu évolue sans cesse, en même temps que l’humanité. Elle atteste aussi qu’il y a toujours eu plusieurs manières différentes de vivre la spiritualité.

Un jour, cette dynamique s’est éteinte. Des groupes différents, mais tous conservateurs, dominent alors la foi en Dieu. C'est là que Dieu a fait irruption dans cet immobilisme en la personne de Jésus, le Christ. Il se donne à fond pour libérer les gens des pesanteurs de la tradition. Ainsi Dieu a continué à inspirer des spiritualités innovantes, évoluants avec les sociétés. Il permet à tout un chacun de vivre une foi heureuse, grâce à la diversité des pensées et des pratiques.

Les pages suivantes proposent de courtes réflexions, toutes inspirées par la Bible.

Image par DKunert de Pixabay

Deviens ce que tu es

Car tu n’es pas nul

Qui n’a jamais eu envie d’être une autre personne, plus forte, plus habile, plus clairvoyante, plus belle, plus jeune, plus ceci ou plus cela. Mais pour Dieu pas besoin d’être davantage que ce que l’on est. Pour lui, personne n’est nul.

Vesa Leppänen de Pixabay

Epiphanie : Matthieu, l'évangéliste créatif

Matthieu écrit son évangile dans un moment de grande difficulté pour le judaïsme. Le temple est détruit et l’avenir même du judaïsme est compromis. Il faut le refonder sur de nouvelles bases. Matthieu veut montrer aux juifs que l’envoyé de Dieu tant attendu par son peuple, c’est Jésus. Et Matthieu souhaite refonder le judaïsme à partir de la personne et de l’enseignement de Jésus. Alors j’ai toujours trouvé bizarre que Matthieu soit le seul à parler de mages. Eh oui, les mages ne sont pas des juifs justement. En fait Matthieu s’appuie sur la tradition juive et il lui redonne une nouvelle vie.

Le bretzel, une symbolique chrétienne

Vivre avec le temps qui passe

 Le passage à la nouvelle année nous incite à réfléchir au temps qui passe et au cheminement de notre vie. Nous ne connaissons pas les détours du chemin qui nous attendent à l’avenir mais, selon la Bible, Dieu est avec nous dans notre cheminement.

Myriams-Fotos de Pixabay

L'Avent, le chemin de l'attente

La salle d’attente est la plus grande pièce de la maison du bonheur. En fait le temps de l’Avent ce sont les quatre semaines pendant lesquelles nous attendons la venue de la lumière du monde. La naissance de Jésus, lumière du monde est une bonne nouvelle. Une bonne nouvelle c’est une information qui fait du bien. Elle nous fait déjà du bien pendant ce temps d’attente.

Jonas, Jonas, Jonas, Jonas

Le livre de Jonas est un roman en quatre chapitre à forte valeur symbolique. L’histoire est connue : Dieu lui demande d’aller à Ninive la grande ville pour que, je cite, chacun renonce à ses mauvaises actions et à la violence qui colle à ses mains.

Dieu est mon médecin

La santé était une question très importante dans les temps bibliques et un verset de l’Ancien Testament, écrit il y a plus de 25 siècles, dit même Dieu est mon médecin. (Exode 15.26) Par la suite, Jésus utilise son talent de guérisseur pour faire du bien autour de lui.

La confiance rend heureux, heureuse.

Dans les chapitres 17 et 18 de son évangile Luc aborde à quatre reprises la question de la foi. Le mot foi a la même racine que le mot confiance. La foi c’est la confiance en Dieu et elle nous rend heureux car elle nous permet de regarder la vie avec bonheur.

Photo© Grande_aigrette_decolle_F._Paccaud-Imagine

Jésus fait l'éloge du pardon

 

Luc raconte comment une femme à la belle chevelure montre sa joie à Jésus (Luc 7.36 à 50). Son étude figure dans mon livre sur Marie-Madeleine. La Magdalène a eu un rôle extrêmement important lors de la naissance du christianisme. Et, du coup, il lui a été attribué des faits qui ne la concernaient pas. C’est le cas de l’épisode de la vie de Jésus relaté par l’évangéliste Luc. Il ne parle pas de Marie-Madeleine ! Mais bien des gens, y compris un pape, ont déclaré que l’héroïne de ce récit était la Magdalène. Mais, vu son intérêt, j’ai étudié ce texte dans mon livre.

© François_Paccaud_Imagine

La beauté aide-t-elle au bonheur ?

J’ai lu il y a quelques temps un sondage réalisé au niveau européen. Il questionnait les gens sur ce qui les rends heureux. Parmi les réponses les plus importantes, figurait la beauté. Je me suis demandé en quoi la beauté pourrait-elle aider à rendre heureux? Et je me suis penché sur la beauté dans la Bible. Y est-elle considérée comme une aide au bonheur ?

Tu es mon plus grand bonheur

La théologie du bonheur m’intéresse beaucoup car c’est un aspect important de la vie. Un ancien président d’Eglise m’a dit un jour : c’est un sujet de réflexion tout à fait superficiel. Mais maintenant je suis en retraite alors je peux faire mon coming out. J’ai écrit un petit livre sur le bonheur selon la Bible. Depuis j’ai poursuivi ce travail sur la théologie du bonheur et j’ai découvert le psaume 16, en particulier son dernier verset : Tu me fais connaître le chemin qui conduit à la vie. Quand tu es là, ma joie déborde, auprès de toi, le bonheur ne finit pas ! (Psaume 16.11)

Jésus prêche la joie de vivre

 

Lorsque la présidente de la confédération a annoncé le premier confinement à cause du covid, elle a énuméré toute sortes de choses et, en particulier, elle a dit : plus de jass! Je me suis dit : C’est si important de parler d’un jeu, dans un moment aussi grave ? Eh bien oui, le jeu est une activité fondamentale de l’humanité, et pas seulement une activité plaisante, mais aussi une activité utile.

Dieu est mon coach

Dieu est mon coach ! Dire Seigneur notre Dieu, c’est un peu démodé alors je vais tenter cette nouvelle traduction à partir de la manière dont Dieu est présent à l’humanité dans l’Ancien Testament. Je me base sur le  début du livre de Josué, chapitre 1 les versets 1 à 9. Nous sommes au début de la sédentarisation des hébreux. Au départ, c’était un peuple nomade et ils vont s’installer petit à petit en Judée et Galilée. Notre texte annonce donc un changement de vie. Toute vie change sans cesse. Et c’est pour chacun et chacune de nous un challenge permanant. La Bible parle de tout cela avec les concepts d’il y a 25-30 siècles. Alors, bien sûr, la Bible ne dit pas : Dieu est mon coach. Le coaching, c’est à la mode de nos jours. Le texte parle de Josué qui a vécu il y a trente siècles. Mais, trois mille an après les aventures de Josué, je pense pouvoir dire : Dieu est mon coach !

Vous êtes la lumière du monde

 

Jésus a une très bonne opinion des personnes qu'il rencontre. Il montre ainsi combien Dieu apprécie les humains. Un jour Jésus dit à ses amis : vous êtes la lumière du monde. Certes cette lumière peut être cachée, mais, même sous un cache, elle continue à briller.

Vous êtes le meilleur de vous-même

Les trois premiers évangiles racontent comment un homme performant demande à Jésus comment recevoir la vie éternelle. En d’autre mots il demande comment vivre pour toujours avec Dieu, même et surtout, après sa mort. Je choisis la version de Luc, chapitre 18, versets 18 à 23.

Jésus mort pour nous ...

... pas à cause de nous


Dans les évangiles, Jésus a parlé plusieurs fois de sa mort. Il a conscience de son destin. Cependant la vraie question n’est pas là. Car, pour l’époque, la fin de l’histoire est logique. Pourquoi Jésus est-il allé jusqu’au bout malgré tout ce qui l’attendait. Autrement dit : pourquoi est-il allé jusqu’à mourir pour nous ? Jésus est mort pour tous, écrit l’apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe (Chapitre5, versets 14 à 19).

Les anges viennent nous servir

 

Carême vient de quarante : il s’agit de se priver de quelques bonnes choses pendant 40 jours avant le dimanche de Pâques. La pratique se base sur l’abstinence et véhicule une théologie sans rapport avec la vie de Jésus. Elle a pour origine l’idée que l’abondance nous éloigne de Dieu. Renoncer aux bienfaits du créateur permettrait de nous rapprocher de lui. Mais la Bible dit exactement le contraire.

Bible général

Nous serons sages et fous

Dans l’évangile de Matthieu (chapitre 25. 1 à 13) Jésus raconte l’histoire de dix jeunes filles. Elles vont participer à une noce et, selon la coutume de l’époque, elles accueilleront le marié à la lumière des lampes à huiles. Mais rien ne se passe comme prévu. Un récit irréaliste. Pourquoi Jésus raconte-il une histoire aussi bizarre ?

La vérité n’est pas dans le passé

Quatre grands courants influencent le judaïsme de l’époque de Jésus. Tous attendent une merveilleuse transformation de la société. Pour eux, Dieu va envoyer une personne extraordinaire pour présider à cette transformation. Pour désigner cet envoyé de Dieu les juifs utilisent le mot messias et les grecs christos.